LeJournal

On peut être de gauche et avoir une bonne droite. Où est passée la gauche ? Celle de Jaurès, Blum, Camus, Mendès-France ou Gisèle Halimi, de la jeunesse, de l’avenir et de la République. Elle est là

image_author_La lettre de Laurent_Joffrin
Par La lettre de Laurent Joffrin
307 articles
5 déc. · 2 mn à lire
Partager cet article :

Pourquoi les woke n’aiment pas les Juifs

L’hostilité de certains militants d’extrême-gauche envers les Juifs repose sur des bases politiques et théoriques qu’il convient de rappeler… et de « déconstruire ».

Femmes juives exclues d’un défilé féministe à Paris, étudiants juifs pris à partie sur les campus américains, néo-féministes refusant de s’apitoyer sur les Israéliennes violées le 9 octobre, Mélenchon accusant brusquement Ruth Elkrief d’insulter les musulmans, etc. Les Juifs n’ont décidément pas la cote à l’extrême-gauche.

On y verra peut-être l’habituelle dérapage de l’antisionisme militant ou l’effet dérivé d’une indignation légitime devant les bombardements de Gaza. Il y a une explication plus politique : d’une manière générale, les décoloniaux, les néo-féministes, les intersectionnels, ceux qu’il est convenu de regrouper sous l’appellation « woke », ont pris l’habitude de juger les gens selon leur groupe d’appartenance ethnique ou racial (les « racisés » et les autres). Si bien qu’ils ne portent pas dans leur cœur les membres de la communauté juive, quelle que soit leur opinion. Trois éléments les conduisent à cette attitude.

...